La Bataille d’Orgreave

Re-enactment par Jeremy Deller

https://www.cairn.info/revue-multitudes-2007-5-page-245.htm

Revivre un conflit historique de 1984, qui opposa des mineurs et des forces de l’ordre.

https://journals.openedition.org/imagesrevues/334

” Le projet de Jeremy Deller repose sur un protocole d’autant mieux réglé qu’il fait appel, pour une part des quelques 800 participants, à des membres de ce qu’on appelle outre-manche « Battle re-enactment societies ». Aux côtés de ces amateurs de reconstitution de batailles historiques, se côtoient un nombre important d’anciens mineurs mais aussi d’anciens policiers (ceux-là moins nombreux) acteurs et témoins de l’événement réel. Sont également invitées à participer toutes les personnes de la région, et notamment d’Orgreave, touchées de près ou de loin par cet événement, ainsi que les familles des anciens mineurs.”

C.L.E.A. #1 REPERAGE

Julie Romeuf : Comment prépares-tu un terrain de recherche ?

Corinne Luxembourg :Je lis des polars parce qu’en général ils rendent compte fidèlement de la distribution de la ville. Je lis aussi des guides touristiques, je regarde les données de l’insee, les cartes IGN et les vues aériennes à plusieurs moments ou époque. L’essentiel c’est de se perdre à pied dans la ville : pour éprouver les distances, le temps, la température. Après je vais dans les marchés, dans les librairies je regarde les bouquins régionaux qui sont proposés. Mais le plus important c’est marché, se laisser dériver sans plan préconçu, sans conscience de où on va et pourquoi. C’est important aussi de faire plein de photos qui ne serviront à rien. Regarder ce qui se passe de chaque de la rue, les similarités, les différences, le rythmes des bâtiments et des fenêtres, la régularité des pas de porte, l’état des rénovations, les points forts, la maison qui a l’air plus importante, celle qui a l’air abandonnée, la variations dans la couleur des briques, la forme des fenêtres et leur récurrence, les dessins sous les fenêtres et observer si certains dessins se retrouvent à plusieurs niveaux de la rue, l’âge des bâtiments etc. Savoir que quand les construction ne sont pas en brique, c’est une marque de richesse, les murs sont plus épais et les maisons donc mieux isolées et en plus elles font des économies d’énergie. Regarder les panneaux d’entrées de ville, par exemple Valenciennes, village fleuri 4 fleurs / en face Marly 2 fleurs, mais ville sans pesticides. Le nom des rues aussi c’est très intéressant, souvent ça témoigne des courant politiques du vingtième siècle. A Marly par exemple y’a des noms de rue des noms qui témoignent d’un passé communistes et socialistes. 

Faut savoir que contrairement à ce que l’on pense, y’a près de 700 types de maisons dans le bassin minier. Y’a des grosses maisons qui comportent 6 logements (tu peux voir ça au pas de porte), les corons (le plus connus), les maisons doubles qui sont souvent devenues bicolores, des maisons individuelles en long, parfois avec des jardin en frite, des maisons d’ingénieur avec les toitures en ardoise à 4 pans, les maisons de maîtres avec des gros jardins etc. Faut savoir que quand il y’a des mines c’est le patron qui construit et qui loge, ça fait un moyen de pression supplémentaire sur les employés. Du coup, ça pête vraiment que quand les gens n’ont plus rien à perdre. Valenciennes c’est sur le côté ouest du bassin minier. A l’est c’était les boyaux rouges. Il faut savoir que sur la région il y’a 3 sites miniers conservés avec le chevalement dont deux sont des musées :

  • Wallers-Arenberg patrimonialisé par des anciens mineurs, c’est là où a été tourné Germinal
  • Centre historique minier de Lewarde (sur la route de Douais) le musée a été mis en place par le charbonnage, c’est donc le patronnât qui l’a institué et on y voit pas les mêmes choses

Le 3èmesite c’est celui avec les machineries à Oignies. C’est là que s’est ensuite implanté la mission « bassin minier ».

Il y’a aussi le site de Culture Commune où se trouvent les terrils jumeaux a Loos en Gohelle. C’est le maire écolo qui l’a patrimonialisé.

La communauté d’agglomération Lens-Liévin a financé le site de la Fos Courrière (connu pour sa grosse catastrophe en 1905 où près de 2000 personnes sont décédés sur un coup de grisou. Le grisou a tout dévasté. Des hommes et des enfants sont morts, dont certains pas reconnus parce que les enfants n’avaient pas le droit de travailler. Ils ont fermé le puits contre l’avis des survivants et autres ouvriers. Des rescapés sont sorti par un autre tunnel 4 km plus loin (ils étaient 9) après avoir parcouru 20 km dans les galeries, en se perdant mangeant des corps, du cheval, du charbon. S’en sont suivies d’énormes grèves qui ont permis l’acquisition de droits sociaux.

Notes : 

  • On dit « terri » et non pas terrils bien que ça s’écrive comme ça. Après la catastrophe de Fos-Courrière un journaliste à demandé comment ça s’écrivait terri, celui-ci lui a répondu comme un fusil, avec un « l » à la fin, ce qui a donné le nom commun utilisé aujourd’hui.
  • Le mot « rescapé » utilisé dans la langue française aujourd’hui vient de réchappé, mot employé pour parler des 9 de la catastrophe.

A savoir que la région à longtemps été une terre d’accueil pour les populations nomades. Souvent ceux-ci s’installaient dans les friches industrielles pavées de schiste. Le schiste est inflammable et souvent les gens du voyage faisaient des feux à même le schiste, ce qui a provoqué des incendies.

Notes complémentaires de Corinne Luxembourg

Pour la catastrophe de Courrières et les rescapés étaient 13 et non pas 9 : https://vimeo.com/89987139Mais c’est dans le bassin côté Pas-de-Calais.

Je ne sais plus s’il y est beaucoup fait mention de la grève très dure qui a suivi.Le récit ici est je crois l’un des plus exhaustifs https://www.unioncommunistelibertaire.org/?1906-La-catastrophe-de-Courrieres-embrase-le-bassin-minier


Pour le classement UNESCO http://www.bassinminier-patrimoinemondial.org/ et ici https://whc.unesco.org/fr/list/1360/documents/

Pour la mission bassin minier http://www.missionbassinminier.org/territoire.html ce sont eux qui ont fait tout le travail d’inventaire pour le classement UNESCO

Et c’est le Maire de Loos qui a défendu la candidature.

Des choses sur les nomades dans la région. Le convoi Z pendant l’occupation https://dailynord.fr/2009/04/convoi-z/

Note de Julie Romeuf :

Sortie récente “Le mystérieux pendu des hauts fourneaux” : le polar social de Francis Thuilliez aux éditions Nord Avril, né de la plume de l’ancien journaliste à La Voix du Nord, ayant accompli la majorité de sa carrière à l’agence de Denain.

Utopies de la traduction

Aborder un territoire comme une langue.
Comprendre ce que dit cette langue
par une méthodologie de cartographie subjective.

Produire une traduction contextualisée
entre installation plastique et actions performées.

Une carte traduit un territoire sous forme graphique à partir de données pratiques et mesurables. Par un procédé similaire nous cherchons à traduire un territoire à partir de données sensibles. Cette écriture trouve ses déclencheurs dans la rencontre et l’entretien. Une traduction sensible qui tend à saisir le présent par les traces du passé et les aspirations futures déposées dans les mots usagers.

Implantée dans la Drôme, Julie Romeuf propose des mises en espaces, en mots et en images. Pour la résidence-mission, elle co-écrit avec Julia Leredde (danseuse), Marlène Serluppus (comédienne et plasticienne), Kate Fletcher (musicienne et sérigraphe d’art) et Valentine Ponçon (performeuse et scénographe).

Cette équipe de femmes œuvrant artistiquement dans les espaces dits « non-dédiés » réalisent, ici, une traduction inspirée par la cartographie et créent des gestes protéiformes s’inscrivant dans une partition poétique du territoire. Elles proposent une gamme d’interventions à la rencontre du mouvement, du texte, des installations plastiques et sonores.

Accompagnées par Corinne Luxembourg (géographe, enseignante, chercheuse) elles élaborent une manière nouvelle d’utiliser leurs outils et compétences pour raconter un lieu, une place, une cour d’école.

Durant leurs 5 mois de présence dans le Valenciennois, elles iront à la rencontre des habitants et des publics des structures éducatives, culturelles et artistiques, sociales et sportives pour effectuer une collecte de signes, de mots et de gestes et façonner une manière de raconter l’agglomération de Valenciennes autrement.